Gérer ses VM Azure...

Ceci est un Notepad en évolution... Revenez...

Start / Stop

Un des intérêts d'une VM dans le cloud, c’est de n'en payer que l'usage. Pour la faire courte et pour donner suite à mon article sur les Bureaux à distance, je me suis retrouvé pour ce client avec VM qui n'était pas assez puissante. Sous Azure, c’est facile, en deux clics on change la taille de la VM, on choisit une instance avec plus de CPU, RAM, IO et bien sur le tarif augmente... Et si Azure est fonctionnellement remarquable, les tarifs sont purement stratosphériques si on les compare à une VM sur un serveur dédié chez Scaleway ou OVH (qu'il faudra bien sur géré, ce qui a aussi un coût et n’est pas faisable facilement par tout le monde). Bien sur ont peut facilement imaginer que les grand comptes obtiennent des remises tout aussi conséquents, sauf que pour une PME ça reste bien souvent inaccessible.

Vu que cette VM ne va être utilisée qu'aux heures de bureau, une façon de faire quelques économies va consister à programmer une heure de démarrage et une heure d'arrêt. Pour l’arrêt c’est facile, il suffit de configurer ça dans les paramètres de la VM. Mais allez donc savoir pourquoi il n'y a pas la même facilité pour la démarrer ? Chez Microsoft il appellent ça By Design. Il doit bien y avoir une raison puisque qu'il semblerait que ce soit à peu près le même fonctionnement chez les autres fournisseurs d'instances cloud et même chez OVH ou Scaleway. Bref, ce serait trop facile.

Il y plusieurs solution pour palier à ça !

Azure CLI

On peu bricoler quelque chose avec Azure CLI (Linux, Mac, Windows) et ainsi lancer un script qui va lancer ou stopper a VM. Pas très sexy ni trop sécurisé. 

Attention : Il ne faut pas se contenter d’arrêter la VM depuis l'O/S car si cela arrêtera bien la VM, elle continuera à être facturée, simple, mais sans intérêt. Pour qu'elle ne soit plus facturé il faut la désallouer (Deallocate) et ainsi seul le stockage continuera à être facturée.

Démarrer la VM

az vm start --name MyVM --resource-group MyVMGroup

Arrêter et désallouer

az vm stop --name MyVM --resource-group MyVMGroup
az vm deallocate --name MyVM --resource-group MyVMGroup

Il est également possible de faire ça en utilisant directement les ID des VM

az start --ids "/subscriptions/a35d316a-2a2a-48e2-8834-55481f7bbb48/resourceGroups/WIN16VM/providers/Microsoft.Compute/virtualMachines/Win16VM"
az stop --ids "/subscriptions/a35d316a-2a2a-48e2-8834-55481f7bbb48/resourceGroups/WIN16VM/providers/Microsoft.Compute/virtualMachines/Win16VM"
az deallocate --ids "/subscriptions/a35d316a-2a2a-48e2-8834-55481f7bbb48/resourceGroups/WIN16VM/providers/Microsoft.Compute/virtualMachines/Win16VM"

Azure Automation

Tout ça n'est pas très sexy ni user friendly. Une autre façon de faire va consister pour l'administrateur de programmer le démarrage de la VM et son arrêt en considérant que l'utilisateur s'en servira à heures fixes. Pour l’arrêt on va se servir de la fonction intégrée car elle est capable de base d'envoyer un mail à l’utilisateur lui proposant d'outrepasser l’arrêt programmé sans avoir à se connecter. Pratique.

Pour le démarrage par contre ça va être un peu plus compliqué. On va commencer par créer un compte Automation, simplement en cherchant dans la barre de recherche. Comme tout sur Azure, ce service est également payant, mais dans sa grande bonté Microsoft nous offre (jusqu'à quand ?) un petit forfait gratuit tous les mois qui sera amplement suffisant pour ce qu'on va faire.

Une fois dans notre compte Automation on va créer un Runbook, on lui donne un nom et on choisit un Flux de travail PowerShell (PowerShell Workflow) et on le crée. Une fois créé on va aller l'éditer

workflow Start-Ma-VM
{
# Association to the Azure subscribtion
$Conn = Get-AutomationConnection -Name AzureRunAsConnection
Add-AzureRMAccount -ServicePrincipal -Tenant $Conn.TenantID -ApplicationId $Conn.ApplicationID -CertificateThumbprint $Conn.CertificateThumbprint

# Start the virtual machine
Start-AzureRMVM -ResourceGroupName "MonGroupeDeRessources" -Name "MaVM"
}

Il ne reste plus qu'à aller dans le menu Planifications et d'en ajouter une en configurant l'heure de démarrage et la récurrence, sans oublier de choisir le bon fuseau horaire. Si on veut envoyer une notification par un mail ou faire autre chose il est bien sur possible de le faire dans le script.

A ce stade ça reste toutefois limité, la VM va démarrer tous les jours, même quand personne ne travaille.

Heureusement il est également possible de créer un WebHook et ainsi démarrer la VM depuis une URL. Ici depuis PowerShell mais on peut tout à fait imaginer intégrer ça dans un portail intranet ou un simple raccourcis sur le poste de l'utilisateur... Ou mieux utiliser un planificateur évolué tenant compte des jours fériés et des week-ends, voire interagir avec un agenda Google ou Microsoft 365...

PS C:\Users\Lionel> Invoke-WebRequest -Uri https://6bc1fsdfs-aesdf4c2f-8d31dsfsdf7fsd5f.webhook.we.azure-automation.net/webhooks?token=ZHuMYFqgqgfqsqgdgB%2qsdgfqsdgjc%3d -Method POST

Alternatives

Si la lecture de la documentation n'est pas toujours très lisibles, il faut bien admettre qu'Azure est très complet. Et si cela ne vous suffit pas il existe des fournisseurs de service qui se sont spécialisés dans la planification des VM et plus globalement vous aideront à réduire les coûts du cloud, que ce soit sur Azure, AWS ou GoogleCloud. Je pense par exemple à ParkMyCloud ou MyCloudToolbox, mais il y en d'autres. Se posera alors la question de la confiance que vous accorderez à ces services.

L'accès des clients aux VM

Comme on l'a vu le plus simple consiste à utiliser le client d'accès à distance. Le protocole RDP n'étant pas franchement des plus sur. Sécuriser RDP imposerait de passer par des certificats et une passerelle complexe et coûteuse ou par une alternative non Microsoft du genre Royal TS Server. La logique impose de passer par un VPN. Azure propose bien entendu tout une panoplie de solutions de sécurité, n'ayant ni envie de passer à la caisse ni celle de me compliquer la vie pour ce type d'utilisation, je vais simplement utiliser ZeroTier. C'est plus un SDN qu'un VPN, c'est OpenSource et gratuit et ça fait parfaitement le travail (j'en avais déjà parlé et on trouve maintenant une multitude d'articles).

On donnera une IP fixe au serveur et tous les clients autorisés pourront accéder au serveur RDP. Ensuite on prendra soin de ne plus autoriser l'accès via l'IP externe Azure ou de forcer un ACL sur une IP cliente sure. Easy, d'autant plus que mon client utilise déja cette solution pour sécuriser l'accès à des ressources SMB distantes.

Scénario pratique....

Sur le poste de on prépare un script PowerShell qui va lancer le WebHook pour démarrer la VM Azure, attendre que le serveur soit lancé, tester le port RDP et lancer le Bureau à distance, et au passage notifier un IT si quelque chose se passe mal. S'il doit y revenir dans la journée il ne lancera que le client RDP (Bureau à distance), en fin de journée le serveur sera programmé pour s’arrêter tout seul et si l’utilisateur veut faire des heures supplémentaires il n'aura qu'à cliquer dans le mail reçu pour reprogrammer l’arrêt...

On commence par brouiller à minima le mot de passe du mail...

"P4ssww0rd!" | Convertto-SecureString -AsPlainText -Force | ConvertFrom-SecureString | Out-file C:\Users\User1\admin.txt

Et ensuite on prépare un petit script qui se lancera depuis un raccourcis sur le bureau...

$password = Get-Content C:\Users\User1\admin.txt | Convertto-SecureString # On récupère le mot de passe encrypté dans un fichier...
$username = "[email protected]"
$From = "[email protected]"
$To = "[email protected]"
$SMTPServer = "mail.gandi.net"
$SMTPPort = 587
$subject = "Client : Utilisateur (Machine)"
$Credential = New-Object System.Management.Automation.PSCredential ($username, $password)

try {
    $response = Invoke-WebRequest -Uri https://6bcghgdfh-afgh-4ghgfdf-8ghfgdh5f.webhook.we.azure-automation.net/webhooks?token=ZHuMYFshghshhh5+fgshs+f5h5+65sh -Method POST
    if($response.StatusCode -eq 202) {
        Write-Host "waiting..."
        sleep 60   # Temps d’attente estimé pour le démarrage de la VM
        if (Test-NetConnection 10.17.22.15 -Port 3389 | ? { $_.TcpTestSucceeded } ) {
            C:\Users\User1\vm.rdp  # On lance le client RDP
        } else {
            cls
	    Write-Output "RDP 1" # Si test NetConnection échoue (pas de réponse)
            Send-MailMessage -To $To -From $From -Subject $subject -SmtpServer $SMTPServer -Body 'Erreur NetConnection Fail' -Credential $Credential  -Port $SMTPPort -UseSsl
	    sleep 15
        }
    } else {
        cls
	Write-Output "Erreur RDP (l'administrateur a recu un mail d'avertissement et va intervenir !)" # Si NetConnection code autre que 202
        Send-MailMessage -To $To -From $From -Subject $subject -SmtpServer $SMTPServer -Body 'Erreur NetConnection 40x ou 500x' -Credential $Credential  -Port $SMTPPort -UseSsl
	sleep 15
    }
} catch {
    cls
    Write-Output "Erreur VM (l'administrateur a recu un mail d'avertissement et va intervenir !)" # Erreur NetConnection code 40x ou 50x
    Send-MailMessage -To $To -From $From -Subject $subject -SmtpServer $SMTPServer -Body 'Erreur au lancement de la VM' -Credential $Credential  -Port $SMTPPort -UseSsl
    sleep 15
}

Ainsi, contrairement à une planification en début de journée, la VM ne sera lancée que quand l'utilisateur en a l'usage afin d'économiser sur la facture Azure. Au besoin on peut également faire un petit script pour l'éteindre.

Migration

Dans un autre contexte je dois migrer une VM Azure vers ESXi. Expérience à venir.

Sources

 

Windows 10 au long cours....

Suite à ma migration tardive vers Windows 10 je continue à éplucher les problèmes que je n'avais pas sous Windows 7 et qui me donnent ce sentiment de régression, là ou la tech est censée apporter plus de progrès. Je reviendrais vous parler de la gestion calamiteuse de mes écrans, mais ce dossier est loin d'être clos !

Un autre problème est la gestion de la mémoire.

Je fais partie de ces personnes qui n'éteignent jamais leur PC, je sais ce n'est pas très écolo, on ne peut pas l'être sur tout. Bref, là ou j'avais dressé mon Windows 7 à tenir des mois sans redémarrage, avec une stabilité déconcertante (à condition d'éviter certaines mises à jour destinées à le tuer), force est de constater que je suis obligé de redémarrer mon Windows 10 régulièrement car il devient inutilisable au bout d'une semaine...

J'ai alors ouvert une enquête, inutile bien sur de faire appel au support, sur les forums les agents mandatés par Microsoft ne savent que conseiller un redémarrage, voire une réinstallation, sérieux !

Dans les faits le processus System occupe de plus en plus la CPU, environ 1 à 2 % de plus par jour. En allant chercher des détails avec Process Explorer, je me suis rendu compte que mon PC passait son temps à compresser la mémoire. Il se trouve que j'ai 32 GO de RAM et qu'il en reste toujours au moins 1/3 de libre, je considère donc que cette option est inutile et contre productive.

Dans la pratique ça peut s'expliquer. Microsoft force tout le monde à migrer vers Windows 10, mais W10 consomme plus de CPU et pour ceux ceux qui migrent de vieux PC avec 2 ou 4 GO de RAM, heureusement qu'il existe quelques artifices, même s'il me semblent illusoires ! Il ne faut pas non plus oublier que Windows 10 n'est jamais que le résultat du tripatouillage d'un code hérité au fil des décennies, ainsi des artifices utiles avec un PC des années 90 et son disque dur lent sont inutile avec un PC actuel pourvut d'un SSD, pourtant des réglages persistent !  Et de toutes façons la majorité des utilisateurs allument leur PC, puis l'éteignent quand ils ne l'utilisent plus. Donc leur PC est à nouveau frais et dispo le lendemain...

Utilisant par ailleurs des serveurs, ça m'a poussé à regarder si le problème constaté sous Windows 10 est présent sous Windows Server 2016/2019, et la réponse est non. En effet le code est proche, mais les réglages différents. Je n'ai pas ce problème sur les versions serveur, on peu penser que l'éditeur considère que sur un serveur l'administrateur dimensionne les ressources en fonction des besoins et que ces artifices sont inutiles. Pour vérifier ce point il existe une commande PowerShell :

Résultat sous Windows 10

PS C:\WINDOWS\system32> get-mmagent
ApplicationLaunchPrefetching : True
ApplicationPreLaunch : True
MaxOperationAPIFiles : 256
MemoryCompression : True
OperationAPI : True
PageCombining : True

Résultat sous Windows Server 2016/2019

PS C:\Users\Administrator> get-mmagent
ApplicationLaunchPrefetching : False
ApplicationPreLaunch : False
MaxOperationAPIFiles : 256
MemoryCompression : False
OperationAPI : False
PageCombining : False

Inutile d'être un expert pour constater des réglage bien différents de la gestion et l'inutilisation de la mémoire. On va donc changer quelques réglages, tout ceci n'étant pas sans risque, si vous ne savez pas ce que vous faites, je vous conseille d'aller jouer ailleurs ou de faire appel à un expert.

On va commencer par désactiver la compression mémoire et redémarrer :

PS C:\Windows\system32> disable-mmagent -mc
PS C:\Windows\system32> Restart-Computer

Etant donné qu'il ne sera pas possible d'apprécier immédiatement le résultat je propose de désactiver également Prefetch et SuperFetch avec regedit (on désactive  EnablePrefetcher et EnableSuperfetch, (au besoin on crée les entrée si elles ne sont pas présentes)

HKEY_LOCAL_MACHINE>SYSTEM>CurrentControlSet>Control>Session Manager>Memory Management>PrefetchParameters
  • 0 = Désactivé
  • 1 = Actif sur les applications
  • 2 = Actif au démarrage
  • 3 = Actif sur tout

Et on termine en désactivant les services associés (SysMain, ou SuperFetch sur des versions antérieures) avec le gestionnaire des services (WIN+R + services.msc), ou en PowerShell si vous y êtes plus à l'aise :

PS C:\Windows\system32> Set-Service SysMain -StartupType Disabled

Après un redémarrage on obtient :

PS C:\Windows\system32> Get-mmagent
ApplicationLaunchPrefetching : False
ApplicationPreLaunch : False
MaxOperationAPIFiles : 256
MemoryCompression : False
OperationAPI : False
PageCombining : False

 

Je touche du bois car mon PC est beaucoup plus stable depuis une semaine, j'espère que ça va durer et qu'une nouvelle mise à jour ne va pas me contrarier !

EDIT Avril 2020 : deux mois après je constate que oui le PC est bien plus stable, mais si je n'ai plus de processus qui me bouffe la CPU, Windows gère toujours très mal la RAM et j'ai beau fermer toutes les applications gourmandes, je me retrouve au mieux avec 16 GO sur 32... Mais il parait que c'est normal, que j'utilise mal mon ordi et qu'il faut le redémarrer. Je tenterais bien un Mac équivalent, mais quand je vois le comportement de mon Mac Book Pro qui souffle comme un âne dès que je lance une vidéo et deux trois sites, j'hésite à confier mes économie à Apple !

EDIT Juin 2020 : Après la mise à jour 2004, surprise, toutes ces customisations sont remises à leur valeur initiale.

Sources

C'était mieux avant...

Alors voilà, je bosse depuis une douzaine d’année sur le même PC, un HP i7 alors un peu haut de gamme, sous Windows 7. Au fil des années je lui ai donné un peu de mémoire (16 GO) et j’ai remplacé le disque par un SSD. Le Windows 7 est d’origine avec un nombre incalculable d’installations de logiciels et d’utilitaires à tester, et la particularité est que je ne le redémarrais jamais, en dehors de quelques coupures électrique, et il y a bien longtemps que j’avais désactivé les mises à jour visant à le pousser vers la sortie ! Bref, la robustesse même d’un bon PC avec un O/S éprouvé.

Lors de la dernière coupure électrique j’ai toutefois remarqué qu'il avait mis un peu de temps à redémarrer, et même qu’il voulait chercher des secteurs défectueux, je ne l’ai pas fait et il a fini par redémarrer, c’était au début de l’été je crois.

Je me suis tout de même dit qu’il serait temps de faire quelque chose avant de me retrouver vraiment en rade. Au début je voulais le remplacer par un NUC. Mais un NUC un peu sérieux sur lequel je pourrais raccorder au moins trois écrans va chercher dans les 1500 €, voire plus. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas faire comme pour les serveurs et regarder le marché de l’occasion chez les brookers. Les maîtres en la matière sont les allemands. Ils rachètent des lots aux grandes entreprises, ils révisent, polissent et finissent par vous livrer une machine comme neuve ! Et c’est ainsi que je me suis offert une Workstation HP Z230SF avec un Xeon E3-1245v3 (au moins aussi puissant que les i7 des NUC), un SSD pour Windows et un disque dur parce-que le brooker ne doit pas aimer laisser des emplacements vides… Ah j’oubliais surtout 32 GO de mémoire, le tout pour 380 € TTC !

Pas besoin d’installer Windows, la version Pro est une vraie version OEM, et surtout la dernière build ce qui m’évite les fastidieuses heures de mise à jour. Windows 10 je connais car même si j’ai longtemps boudé sur mon PC principal j’en ai sur des laptops ou des VM chez moi ou sur Azure. Il n’y a pas que du bon, loin de la, mais on ne peut pas rester indéfiniment sur un O/S vintage, et puis avec le temps Windows 10 commence à se stabiliser, au moins quand les développeurs de chez Microsoft ne se prennent pas une murge la veille du lancement d’une mise à jour importante. La dernière à du être sérieuse (je parle de la murge) car je me suis retrouvé avec des mises à jour appliquées d’office et surtout avec l’antivirus désactivé au redémarrage. Bref, tout va bien du côté de Redmond…

Mais ce n’est pas pour vous narrer ma life que j’ai voulu écrire ce billet, mais pour vous explique un problème que vous pourriez bien rencontrer, si ce n’est pas déjà fait !

Sous Windows 7 j’avais trois écrans HD, un en VGA, un autre en DVI et un troisième en USB via un adaptateur. Je l’avais oublié celui-là, et entre temps j’aurais pu le raccorder sur le port HDMI de la carte graphique de que j’avais dû remplacer (les constructeurs installent des cartes graphiques avec ventilateur, inutile en bureautique, le ventilateur lâche au bout de 3 ans et on doit changer la carte graphique, un classique de l’obsolescence programmée, alors qu’une carte fanless fait parfaitement l’affaire en bureautique).

Su ma nouvelle machine j’ai trois sorties Display Port. J’ai donc acheté 2 câbles DP vers DVI pour deux de mes écrans et je me suis offert un écran UHD pas trop cher (Samsung U28E590D) pour mettre au centre, et qui dispose lui d’une entrée Display Port. Je raccorde le tout et tout fonctionne merveilleusement. Edge me permet de rapidement installer Chrome et ainsi d’installer les applications qui me seront utile. Bon, je suis mauvaise langue, Microsoft s’est enfin décidé à copier Google et la RC du nouveau Edge Chromium fonctionne très bien, à la différence que ce n’est plus Google qui vous espionnera mais Microsoft, pas sur que ça change grand-chose si ce nouvel Edge se popularise… J’évite d’installer trop de choses car j’ai pris soin de virtualiser mon ancien Windows 7 sur mon ESXi et je pourrais ainsi y retrouver les petits utilitaires que j’utilise une ou deux fois par an.

Le hic !

Alors vous devez vous dire, tout ce bla bla pour vous dire que j’ai un nouveau PC ? Hélas il y a un problème ! En effet, le petit matin qui suit le grand soir, lendemain de la première nuit avec lui (comme dirait Bénabar), j’ai eu la surprise de retrouver toutes les fenêtres que j’avais méticuleusement ordonnées, ramassées, tapies au coin de l’écran de droite. C’est très désagréable sur ce genre de config ou tout à sa place. Après quelques tests et mises à jour de pilotes, je me suis rapidement aperçu que c’était la mise en veille ou l’extinction des écrans qui provoquait ça, en effet Alexa les éteint pour économiser quand je lui souhaite une bonne nuit…

Je suis donc parti pour une longue nuit à l’exploration des forums afin de trouver une solution. A la surface du net, Microsoft conseille comme d’habitude de mettre à jour les pilotes, de réinstaller Windows ou d’autres conseils du même acabit. Bien sûr, continuez à prendre les gens pour des ânes ! En cherchant un peu on s’aperçoit qu’il y a bien un problème, mais que c’est By Design, comme ils disent. Et surtout je me suis aperçu que je suis loin d’être le seul concerné, quelque part ça me rassure !

Explications

Un écran Display Port (ou HDMI) est un peu moins bête que nos bons vieux VGA. Il communique avec le PC via la carte graphique. Windows lui demande de se mettre en veille, il se met en veille et puis il s’éteint. Et sur ce type d’écran si l’écran est éteint, Windows considère tout bonnement qu’il n’est plus présent, donc il agit comme s’il avait été débranché et il déplace les fenêtres de cet écran sur un écran qui lui est présent, même éteint car connecté en VGA ou DVI, Windows ignore son état. Je schématise un peu, tout cela est géré par les protocoles DDC/CI et l’EDID (voir les liens en bas pour les curieux).

Alors vous allez me dire qu’il doit bien exister une clé de registre pour palier à cet inconvénient ? Et bien non, en fait il y en avait une sous Windows 7 et la première version de Windows 10, mais depuis elle a été supprimée, Microsoft (et l’industrie qui va avec) considérant surement qu’il n’y avait plus sur terre d’écrans VGA ou DVI et que tout le monde disposait d’écrans DP ou HDMI, auquel cas ce problème n’existerait pas car tous les écrans sont alors absents et il n'y a pas lieu de déplacer les fenêtres.

On retrouve ce problème dans des configurations différentes, par exemple ceux qui utilisent un TV connecté au PC et l’éteignent quand ils ne regardent plus de films, le Player rejoint alors l’écran principal. Ou la situation ou on connecte un vidéo projecteur le temps d’une présentation et ou PowerPoint rejoint l’écran du laptop quand on débranche le projecteur. Mais dans ces cas ça a du sens ! Ce qui est rageant c’est que Microsoft ne laisse pas le choix, fusse t'il via une position de registre pour ceux qui osent RegEdit.

On pourrait également penser que cela puisse se passer au niveau du driver, et ce serait assez logique. En gros aujourd’hui de ce côté là on a NVidia, AMD et Intel. Sur les NVidia Quatro (des cartes pro) il y a une astuce, attention, pas une fonctionnalité mais juste une astuce qui peut disparaître lors de la mise à jour suivante. Mauvaise note également pour Samsung qui sur ce modèle ne prévoit pas la désactivation DDC/CI, certains écrans Dell le permettent.

Me voici donc condamné à travailler avec un seul écran ou à renouveler tous mes écrans. Quand je disais à mon comptable que j’aurais du prendre un 8K de 95 pouces… Ce n’est pas une solution, et je préfère travailler avec plusieurs écrans, un principal en 28" UHD, un 24" HD à droite qui me sert principalement pour des connections à des dizaines de sessions RDP sur des serveurs distants, et un autre 24" à gauche dédié aux divers moyens de communication (WA, Messenger, Slack, Hangouts, etc…). C’est ainsi, à mon âge je ne vais pas changer mes habitudes, déjà qu’il faut manger bio se sentir responsable de la planète ! Et je n’ai aucune envie de me plier à un quelconque dictat. Et pour ceux, oui je l’attendais celle-ci, qui me diront que je devrais passer sous Mac, sachez que j’ai aussi un Mac et que le problème est exactement identique.

Contournement

Puisque j'ai vu sur des centaines de posts sur de forums ou des sites qu’il n’y a pas de solution simple et efficace, je vais essayer de contourner ce dysfonctionnement. Après tout je ne demande pas la Lune, je ne cherche qu’à retrouver la disposition de mon espace de travail au réveil !

Je me suis d’abord dit qu’il devait exister des utilitaires permettant de retrouver une disposition précise, ou mieux la dernière disposition, après une mise en veille. Certains le promettent comme DisplayFusion dans sa version payante, hélas promesse non tenue, et c’est même pire, il mélange tout ! D’autres, gratuits, semblent faire mieux mais sont statiques et datent de Windows XP. Je me suis épuisé à chercher et je n’ai rien trouvé de satisfaisant, de plus quand l’écran Display Port se rallume, Windows effectue le processus de reconnaissance Plug&Play, ce qui n’est pas instantané. En listant certains forums j’ai également vu des utilisateurs excédés couper ou isoler des broches sur les connecteurs HDMI, solution pas totalement satisfaisante car du coup l’écran ne se mettra pas en veille.

Il existe bien une solution, mais elle consiste à sortir le fer à souder, c’est l’affaire d’une paire de résistances à deux centimes. Et comme toujours en pareille situations il y a ceux qui ont décidé de rentabiliser leur fer à souder. Ainsi il existe deux solutions clé en main, l’une en HDMI sur un site qui n’inspire pas vraiment confiance, mais ses adaptateurs son bien livrés et fonctionnent à ce que j’ai pu lire sur des forums, l’autre solution vient du Japon, elle est dédiée au Display Port, son auteur prend soin d’expliquer que ça ne fonctionne pas toujours… Tant pis, je suis joueur et pour 47 € je viens de passer commande… Je reviendrais vous en parler ici…

EDIT 07/11/2019 : J’ai reçu l’adaptateur DPHPDMA. En fait il y a deux modèles, le plus simple est censé fonctionner tout seul en Fake mode, mais dans mon cas ça n’a rien changé. Heureusement il y a un jumper pour forcer le Fake mode. En fait de jumper il s’agit ici de faire une microscopique soudure après avoir démonté l’adaptateur. Je ne suis pas équipé pour ce genre de soudure sur CI, j’ai tenté le coup avec mon fer à souder d’électricien, par chance ça n’a rien brûlé et ça fonctionne. Alexa peut éteindre mes écrans quand je vais me coucher sans risque de tout retrouver en vrac le lendemain.

Le second modèle, outre qu’il dispose d’un cavalier afin d’éviter toute soudure hasardeuse, dispose également d’un lien USB qui permettra de gérer les modes directement depuis Windows. Il n’en reste pas moins que ça fait beaucoup et cher pour une fonctionnalité arbitrairement retirée de Windows.

Autre chose...

En fait il y a un autre paramètre à prendre en compte car ça peut être gênant à l’usage. Sur un UHD de 28" on utilise une mise à l'échelle de 150% sans quoi c’est vraiment trop petit. Par contre sur le HD qui est à coté en 24" on conserve le ratio standard à 100%. Et quand on fait glisser une fenêtre d’un écran à un autre, Windows il la resize à la volée, d’une part c’est visuellement désagréable et d’autre part ça plante quand on le fait plusieurs fois sur la même fenêtre...

Donc pour faire cohabiter un écran UHD avec des écrans HD de 24" il faut dans l’absolu que le UHD fasse 42" afin de pouvoir utiliser une mise à l'échelle standard de 100%, dans mon cas ça s'est terminé avec un 32" et une mise à l’échelle à 125%.

Windows 10

Et sinon, ça fait quoi de passer de Windows 10 après avoir résisté tout ce temps ?

Bof, à une époque où tout se passe de plus en plus dans un navigateur, L’O/S a-t-il encore une grande importance ? Pour preuve, j’ai envoyé à ma fille un vieux ChromeBook pour remplacer son MacBook Pro le temps d’une réparation (250 € mais on n’a pas su me dire quoi), bref au-delà de son profond attachement à son MacBook (merci le Marketing Apple), elle ne m’a exprimé aucune gêne liée à l'usage du ChromeBook pour son travail à la fac. Seul hic, Netflix ne se lance pas sur ce vieux ChromeBook, mais il a cinq ans…

Tout ça pour dire qu’en ce qui me concerne Windows 10 ne m’apporte pas grand-chose, je pourrais en dire plus quand j’aurais réglé ce problème d’écran. Pour l’instant je le sens bien plus gourmand. Par exemple, outre Outlook, Slack, Opera pour WA, Telegram et Messenger, pas mal d’utilitaires chargés, deux OneDrive et Google Drive, j’ai en permanence 256 onglets dans Chrome (impossible avec d’autres navigateurs), ceci était contenu sous Windows 7 dans mes 16 GO de mémoire, là j’arrive aisément à 24 GO sous Windows 10 alors que j’ai surement moins de choses qui tournent en tache de fond… Donc quand il se dit que Windows 10 est moins gourmand c’est un leurre, d’ailleurs il ne se vend plus de laptops au-dessous de de 8 GO de mémoire à ce que je sache… Bref, Windows 10 c’est l’industrie en marche, mais les utilisateurs ont des habitudes, cela profite à Microsoft, il n’y a qu’à voir Office que tout le monde réclame pour envoyer trois courriers et faire quatre additions. Je pense sincèrement que l’avenir pour les utilisateurs lambda est un Chromebook, peut être que Microsoft le comprendra et sortira son équivalemment, je pense même qu’ils y travaillent… En plus ça ne plante pas, car il n’y a rien dedans, tout étant dans le cloud…

Windows 10 c’est aussi la plaie des mises à jour. Il faut donc rapidement installer ce petit utilitaire si on ne veut pas être emmerdé. Oui j’ai bien dit emmerdé car je veux pouvoir décider quand je vais consacrer du temps à installer des mises à jour et pas que Microsoft me l’impose (même combat sous Windows Serveur 2016/2019, mais là il y a une alternative car on passe de plus en plus de serveurs sous Linux, d’ailleurs en parlant de Linux, je vous parlerai un jour de mon expérience plutôt positive avec Ubuntu / KDE / Plasma).

Bonus : Gadgets

Sous Windows 7 nous avions les Gadgets de bureau, parfois gadget mais parfois très utiles comme par exemple pour pouvoir surveiller d’un œil des processus ou des liaisons (SNMP, VPN, services). Microsoft ayant décidé que nous n’en avons plus besoin (sous l'ovni Windows 8 je crois ou ça faisait tache avec les tuiles), des développeurs indépendants se sont hâtés de rendre ça disponible sous Windows 10. Il faut bien le dire, si ça fonctionne bien, le design vintage fait un peu tache sous Windows 10. Heureusement il y a d’autres développeurs qui on produit Rainmetter (1). Ca ne date pas d’hier mais aujourd’hui le projet est bien aboutit et le design est magnifique. Donc si les gadgets vous manquent, je recommande !

Bonus : mes petits outils du quotidien...

Bonus : Windows Defender

Si vous trouvez que Windows Defender prend trop ses aises, restreignez le avec cette commande PowerShell (Microsoft vous donne les explications ici ). 

Set-MpPreference -ScanAvgCPULoadFactor 25

Et à moins que vous ne passiez votre temps dans les coins sombres du net, évitez les outils de sécurité tiers, pour le coup celui qui est intégré à Windows fait bien son job. Désinstallez également tous les crapwares livrés avec votre nouveau PC, deux antivirus c'est contre productif. Et si vous pensez vraiment qu'il vous faut une meilleure protection, vous n'avez pas besoin de mes conseils et ce n'est pas avec des solutions grand public que vous vous bâtirez vos défenses....

Sources